Suivez mes actualités sur Instagram

Deadlines ? Le temps de la performance

Deadlines ? Le temps de la performance

Nous étions déjà l’après-midi lorsque nous préparions une énième réunion. Et pas des moindres car cette réunion nous permettrait de boucler un dossier. Elle est d’autant plus importante, qu’un appel vidéo est prévu, avec le commanditaire, pour lui faire part de nos avancées.

Au bureau, le chef de l’équipe et tous les membres sont à pieds d’oeuvre. La tension est palpable, la fin de journée aussi.

Certains sont sur leur téléphone, pour s’octroyer une pause Faceb**k, d’autres envoient un message à leur famille disant qu’ils allaient surement finir tard.

La journée s’enchaine dans une drôle d’atmosphère.

Le manager s’impatiente, que toute l’équipe se mette au travail pour la dernière ligne droite. Un de ses collaborateurs le met au courant des derniers ajouts au dossier. Mais pendant ce temps, le manager ne cesse de regarder par-dessus son épaule. Au bout de la rangée, il y en a une qui pique du nez. « Ce n’est pas le moment ! » se dit-il. Il se sent perdre son sang-froid, lui le manager, supposé coordonner une équipe et la motiver. Sans en prendre véritablement conscience, il commence à s’impatienter et ose une remarque.

Ses collaborateurs sont interloqués, la réunion n’est que dans deux heures, le dossier est presque bouclé, il n’y a pas de raison de s’inquiéter.

Cette histoire est peut-être la vôtre, que vous soyez manager ou collaborateur.

Face à des deadlines, c’est un méli-mélo de diverses émotions, sensations qui s’enclenchent : la fatigue d’une fin de journée/semaine, le stresse de finir le dossier, et peut-être le stresse d’avoir un aléa, qui retarde la planning…

Toute l’équipe semble sur les nerfs et sur le qui-vive.

Dans bien des cas, ce qui déclenche les émotions nous ne nous en apercevons même pas.

Nous avons la fâcheuse habitude de nous énerver seul, ou sur un collègue sans raison, juste parce que l’on est fatigué. Inconsciemment cette fatigue est inconfortable, car au travail, il faut tenir ! Et la fatigue est mal vue.

Heureusement, que le bien-être au travail commence à faire son apparition !

Dans ce cas de figure, une pause, un moment de détente aurait été bienvenue, pour recharger les batteries. Les recherches scientifiques s’alignent pour dire que 20 minutes suffisent pour repartir du bon pied.

Imaginez 20 minutes (ou plus) pour vous,  pour vous octroyer une séance d’hypnose ericksonienne. Que vous soyez seul ou en groupe, cette séance d’hypnose vous détache quelque peu de l’instant présent et ses urgences, pour mieux vous connecter à vous même et vos ressources.

Vous profitez de cet instant pour laisser les commandes à votre inconscient, celui-là même qui sait comment finir ce dossier, quel est le meilleur état d’esprit, comment garder réactivité, capacité de réflexion et vitesse de travail adéquate.

Dans un travail d’équipe, tous les membres peuvent disposer d’un moment d’hypnose, pour recharger les batteries, détendre l’esprit.

Tout le monde peut-être logé à la même enseigne pour valoriser la performance de chacun, le travail d’équipe et favoriser un management bienveillant.

Après cette séance d’hypnose, chacun se sent davantage motivé, concentré, moins fatigué et donc… Le dossier peut donc se conclure à temps, l’hypnose a pu allier deadlines & performance.

***Tout partage est bienvenue si le texte n’est ni tronqué, ni plagié et que la source (url du site) est clairement citée***

No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.