Suivez mes actualités sur Instagram

Intelligence artificielle et bien-être sont-ils compatibles?

Intelligence artificielle et bien-être sont-ils compatibles?

L’intelligence artificielle prend de plus en plus d’ampleur et commence à se tourner vers les entreprises. Des logiciels de gestion, plus intelligents se développent pour faciliter la tâche des employés tout en promettant de les rendre plus performants sur des tâches non automatisables. En parallèle, le bien-être en entreprise est aussi en expansion, le burn-out est démystifié pour devenir un vrai problème de société. L’intelligence artificielle et le bien-être des employés se côtoient donc, mais sont-ils compatibles ?

L’intelligence artificielle se veut de doter une machine d’une partie des capacités de l’être humain, « en termes d’intelligence, de décision et d’action »[1]. Les développements actuels en entreprises concernent la mise en place d’une intelligence artificielle qui prendra en charge les tâches répétitives, administratives, certains process… dans le but de décharger les salariés de tâches rébarbatives et pour leur permettre de se concentrer sur des tâches plus complexes, et ainsi gagner en temps et en efficacité.

Le bien-être est en phase de prendre une place centrale dans les entreprises. Le stress que l’on peut vivre pour diverses raisons n’est plus aussi tabou et nous comprenons mieux ce qui l’occasionne. Les managers et les services de Ressources Humaines s’attèlent à injecter dans leur organisation des espaces de détente, des journées de ressourcement. Ils mettent en place de vraies politiques de gestion de risques psychosociaux, pour limiter les risques de burn-out et raviver le sens que les salariés recherchent tant.

La mise en place progressive mais certaine de l’intelligence artificielle dans un quotidien professionnel, engendre une nouvelle culture du travail, une reconfiguration de l’organisation d’entreprise et des tâches attribuées. En allégeant le personnel des tâches sommaires et répétitives, nous invitons les collaborateurs à exercer des tâches de plus en plus complexes, qui demandent réflexions et concentrations. Accompagnées d’un environnement social et technologique toujours plus innovant, la concentration et l’adaptabilité constantes peuvent entrainer une surcharge mentale plus importante, que lorsque le salarié navigue entre tâches aisées et tâches plus ardues.

La surcharge mentale est l’un des facteurs du burn-out, fléau des entreprises, touchant un salarié sur huit[2], que la société moderne cherche à éradiquer, pour le bien-être des salariés et le maintien d’un certain niveau de performance. La surcharge mentale coupe l’humain de toute capacité de réflexion, d’échange, de connexion sociale et de créativité. C’est un court-circuit qui s’opère en lui et le coupe tout simplement du sens de la vie, et de ce qu’il est.

Donner trop de place à l’intelligence artificielle, au détriment des besoins et capacités de l’homme, peut donc être risqué, si cette démarche n’est pas équilibrée avec une recherche de bien-être des salariés.

 

Iris Bourdon

contact@irisbourdon.com

 

[1] https://www.lesechos.fr/intelligence-artificielle/cas-pratiques/0301307791078-lintelligence-artificielle-a-lassaut-des-entreprises-2159810.php

[2] https://www.wehobby.com/fr/blog/post/debrief-rh-stress-burn-out-mal-etre-quelles-solutions-adopter-en-2018

 

***Tout partage est bienvenue si le texte n’est ni tronqué, ni plagié et que la source (url du site) est clairement citée***

No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.